Sécurité aérienne : une nouvelle taxe pour les citoyens

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Selya Amrani, École secondaire Omer-Deslauriers

Les voyageurs pourraient avoir à débourser entre 5 et 18$ pour un billet d’avion aller-retour à compter du 1er avril. Photo : Archives

Après avoir promis de ne pas augmenter les taxes, le gouvernement fédéral veut imposer des frais supplémentaires aux passagers du transport aérien pour payer les coûts des nouveaux contrôles de sécurité.

Depuis l’attentat manqué du vol Amsterdam – Détroit du 25 décembre dernier, le gouvernement canadien prend des mesures pour renforcer la sécurité dans les aéroports du pays.

Le ministre fédéral des Transports, John Baird, a annoncé une augmentation des tarifs des billets d'avion lors d'un point de presse à l'aéroport international d'Ottawa. En effet, à partir du 1er avril, un billet aller-retour coûterait entre 5 et 18$ de plus, selon qu'il s'agit d'un vol intérieur ou international. «C'est notre responsabilité comme gouvernement de prendre toutes les mesures raisonnables pour assurer la sécurité du public», a souligné le ministre des Transports, John Baird, qui a choisi de faire son annonce à l'aéroport d'Ottawa. «Les nouveaux frais ne sont jamais les bienvenus mais, selon moi, c'est absolument essentiel si on veut maintenir la sécurité dans notre système aérien. Les nouveaux équipements technologiques, comme les scanners corporels et l'ajout de personnel pour accroître la sécurité ont un coût», a ajouté le ministre.

Il considère que les coûts devraient être imputés à ceux qui utilisent le service, c'est-à-dire aux voyageurs eux-mêmes, plutôt qu'à l'ensemble des contribuables canadiens. Avec ces revenus supplémentaires, Ottawa promet d'investir 1,5 milliard de dollars en cinq ans dans l'administration canadienne de la sûreté du transport aérien, dont la structure, les dépenses et l'efficacité seront passées en revue. Cependant et pour cela, les Canadiens devront payer de leur poche.

Les détracteurs de ce projet de taxe n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement. Les partis de l'opposition à Ottawa et les transporteurs aériens ont vivement dénoncé cette nouvelle taxe en faisant remarquer qu’avant cette augmentation, le Canada avait déjà les tarifs à la sécurité les plus élevés au monde après les Pays-Bas. «Ce qu'on a de la difficulté à avaler, c'est que nous sommes le seul mode de transport où on paie pour sa sûreté, explique M. McKenna, ambassadeur du Canada à Washington. Pourquoi c'est seulement les voyageurs qui paient pour la sécurité nationale?»

Le ministre Baird a reconnu que l'industrie avait souffert de la récession, mais ce n'est pas quelques dollars de plus, selon lui, qui vont empêcher les gens de voyager.

En définitive, ce projet de taxe qui a suscité des opinions très mitigées de part et d’autre du gouvernement, devra d’abord être approuvé par le Parlement.

Organisations: Transports, École secondaire Omer-Deslauriers

Lieux géographiques: Ottawa, Amsterdam, Détroit Canada Pays-Bas Washington

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires